Point sur les formations au stylisme ongulaire

Crédits photos CND Paris


 

POINT SUR LES FORMATIONS
à la prothésie et au stylisme ongulaire

 

Beaucoup d’informations contradictoires circulent sur le Web, concernant les formations et les compétences nécessaires pour exercer le métier de prothésiste ou de styliste ongulaire. L’objectif de cette note est de faire le point sur ces questions.

Existe t-il des obligations légales ou réglementaires pour exercer le métier ?


Non, il n’existe toujours aucune obligation d’être titulaire d’un diplôme ou d’un titre pour exercer les métiers de styliste ongulaire.

Par courrier du 1er septembre 2011 adressé à la CNEP, Frédéric Lefebvre, secrétaire d’Etat au Commerce confirmait que « lorsqu’elles sont pratiquées à l’exclusion de toute autre prestation esthétique, ces activités ne relèvent donc pas du champ d’application de la loi du 5 juillet 1996 qui prévoit que l’activité de « soins esthétiques à la personne (…) » doit être exercée sous le « contrôle effectif et permanent » d’une personne qualifiée. Ces principes relatifs à la qualification professionnelle sont identiques, sans aucune dispense, pour les auto-entrepreneurs et pour les artisans ».

Ce courrier confirme officiellement qu’il n’est pas nécessaire de posséder un diplôme d’esthéticienne pour exercer le métier de styliste ongulaire, en l’état actuel de la réglementation.

Ce principe a été réaffirmé en octobre 2013 par le chef de bureau du Ministère qui écrit : « En matière d’esthétique, depuis 1998, il y a eu un raisonnement constant, consistant à déterminer s’il y avait intervention sur la peau ou non. Dès lors qu’il y a une intervention sur la peau, il y avait un risque potentiel pour le consommateur. Dans la mesure où il n’y a pas d’intervention sur la peau, il n’y a pas d’exigence de qualification. C’est aujourd’hui la position officielle du Ministère chargé de l’artisanat ».

Est il nécessaire de suivre une formation pour exercer le métier de prothésiste ongulaire plutôt que de se lancer en glanant, par-ci par-là, des informations sur la pose d’ongles ?


Oui, et c’est un conseil de la CNEP, il est évident qu’une formation est indispensable pour exercer le métier.

Parce que l’on touche à une partie du corps humain réactive, cela constitue en soi une raison suffisante pour se former.
La prothésiste ongulaire ne doit pas abîmer les ongles naturels et doit respecter un certain nombre de règles.

Pourquoi ?


  • Parce qu’en exerçant sans connaître les bases du métier, la professionnelle s’expose à des conséquences parfois très lourdes en termes de santé sur la cliente en particulier, les manipulations que l’on pratique sur l’ongle peuvent parfaitement engendrer un traumatisme de la matrice et le déformer à vie.
  • Parce que utiliser des produits chimiques sur une partie du corps requiert un minimum de connaissances d’anatomie et de physiologie, sur les produits employés, sur leurs effets et sur les éventuelles incompatibilités …
  • Parce que la prothésiste engage sa responsabilité.
    Se faire payer pour une prestation de soin de Beauté et d’embellissement du corps induit un rôle de conseil, de suivi et de responsabilité civile, qui nécessite une réelle formation et non l’accumulation de « on-dit » non vérifiés.

Les professionnels des ongles et des cils sont regroupés dans l’UPCOM, syndicat professionnel adhérent à la CNEP. Notre volonté était depuis le départ de regrouper les experts de ces nouveaux métiers pour qu’ensemble ils élaborent des règles strictes d’exercice de la profession afin d’éviter les dérives et les accidents.

La formation c’est le métier des Marques spécialistes car, depuis l’origine, elles ont toutes mis sur pied des formations expertes qui garantissent à la fois la qualité des produits utilisé et des gestes à accomplir pour que la prestation soit parfaite.

L’Éducation Nationale a d’ailleurs retiré des programmes du CAP toute référence à ces techniques pour ne plus enseigner que la manucure et la pose de vernis.
C’est donc aux professionnels experts qu’il appartient de se réunir pour élaborer les protocoles des référentiels de formation à l’attention des candidats à l’exercice de ces métiers.

L’UPCOM vous offre une expertise unique connue et reconnue sur le marché du travail et une parfaite sécurité quant aux produits utilisés.
En effet, les produits utilisés par les Fabricants adhérents à l’UPCOM sont en conformité avec la Directive Cosmétique Européennes concernant les substances interdites rentrant dans la composition des produits cosmétiques.

L’ensemble des produits de prothésie ongulaire et d’embellissement des ongles, vernis à ongles, bases, top coat, vernis semi permanents, gels … ne contiennent pas de :

  • Toluène
  • Formaldéhyde
  • Dibutylphtalate (DBP)

Ou autres substances interdites pour la composition des produits cosmétiques.
Attention aux achats alléchants sur internet !
Soyez vigilantes et choisissez la sécurité d’un fabricant ou Distributeur qui seul vous garantit la provenance des produits et leur parfaite légalité.
Depuis juillet 2013, le règlement cosmétique vous impose un certain nombre de contraintes qu’il est impératif de respecter faute de quoi, vous serez tenus pour responsable des accidents causés par des produits cosmétiques non conformes.

Quel type de formation suivre ?


  1. Pour acquérir les connaissances de base nécessaires à un premier exercice du métier de styliste ongulaire, les Marques et prestataires de formation adhérant à l’UPCOM, Union des Professionnels des Cils, des Ongles et du Maquillage, ont créé en 2011 deux formations de base de niveau I, l’une avec l’option  » gel »  l’autre avec l’option « acrylique (liquides et poudres) ».
    Cette formation initiale permet d’acquérir un Certificat de Compétence Professionnelle UPCOM de prothésiste ongulaire reconnu sur le marché par la profession.
    Cette formation de base doit être au minimum de 105 heures ; elle peut être complétée utilement par des modules d’approfondissement et de perfectionnement.
  2. Les partenaires sociaux, signataires de la Convention Collective ont créé en 2012 un CQP, Certificat de qualification professionnelle de stylisme ongulaire ; les conditions d’accès, la durée et l’organisation de la formation sont définies par la Convention Collective. Il est délivré par les organismes agréés par la CPNEFP, commission paritaire nationale de l’emploi et de la formation professionnelle ; la CPNEFP est gérée par les organisations signataires de la Convention Collective.

Comment choisir entre le Certificat de Compétence et le CQP ?


Le Certificat de Compétence a été élaboré par les professionnels de l’UPCOM. Il est accessible sans pré-requis à toute personne désireuse d’acquérir une formation de base sans connaissance préalable. Il est donc ouvert à toute personne ayant ou non reçu une formation préalable en esthétique.
Il prépare au métier de Prothésiste Ongulaire.

Le CQP, certificat de qualification défini par la Convention Collective est un titre de branche, permettant aux salariés d’acquérir une classification de styliste ongulaire.

La formation au CQP n’est accessible qu’à une personne déjà titulaire d’un diplôme d’esthétique ou installée en tant que prothésiste depuis 2 ans au moins. Dans ce dernier cas, elle devra suivre obligatoirement un module complémentaire spécifique. Enfin le CQP est ouvert au titulaire d’un diplôme de la coiffure avec, là encore, un module complémentaire obligatoire.
Il prépare au métier de styliste ongulaire.

La titulaire d’un diplôme d’esthétique ou de coiffure peut-elle s’installer sans autre formation ?


Effectivement, la diplômée d’esthétique ou de coiffure peut théoriquement s’installer ou pratiquer la prothésie ongulaire sans autre formation, puisque, répétons le, aucun diplôme n’est légalement nécessaire.

Toutefois si la titulaire d’un diplôme a de toute évidence les connaissances nécessaires en cosmétique, en biologie ou en accueil de la clientèle, la seule obtention de son diplôme ne lui a pas permis d’acquérir les connaissances et l’expérience pratique pour réaliser l’embellissement et l’extension des ongles. Dans ce dessein, une formation complémentaire par un Certificat de Compétence UPCOM ou à un CQP est nécessaire.

Le métier de prothésiste ongulaire est-il reconnu ?


Si le métier n’est soumis à aucune obligation légale ou réglementaire de possession d’un diplôme ou d’un titre, il est cependant inscrit dans le Répertoire Opérationnel des Métiers et des Emplois (connu sous l’appellation ROME).
Son intitulé est « prothésiste ongulaire » et il est référencé sous le numéro D 1208.

La fiche ROME précise que cette désignation de « prothésiste ongulaire » a une résonance médicale qui s’efface peu à peu dans l’usage courant derrière l’expression « stylisme ongulaire ».

Comment choisir une École ou un Centre de Formation ?


La fiche ROME donne quelques conseils utiles :

  • Le formateur indépendant, l’école ou le centre de formation doit posséder un numéro d’agrément; ce numéro est attribué après une déclaration administrative en Préfecture; il atteste de la capacité juridique du formateur à exercer son métier, il ne peut être un critère de qualité.
  • Le contenu de la formation doit correspondre à un cahier des charges et doit être communiqué au postulant. Il est recommandé de s’adresser soit à un Centre Agréé UPCOM pour une formation à un Certificat de Compétence, soit à un centre habilité par la CPNEFP pour une formation à un CQP.
  • La formation doit permettre d’acquérir une pratique dans un premier temps sur une main d’entraînement puis sur de vrais modèles.

ATTENTION :


Les centres de formation ou formatrices indépendantes (domicile etc… ) ne font pas plus l’objet d’une réglementation que les prothésistes ongulaires en terme de qualification…

Chacun peut s’auto proclamer formateur, déclarer son existence en Préfecture sans pour autant justifier de compétences particulières, à part éventuellement une activité indépendante de prothésiste au préalable.

Les risques d’escroquerie existent si vous ne vous adressez pas à un organisme agréé UPCOM ou habilité CPNEFP…

Vérifiez que le centre de formation que vous choisissez vous dispense une formation qualifiante :
Nous vous recommandons de choisir un établissement enregistré auprès de la délégation à la formation professionnelle continue et ayant un minimum de deux années d’existence. L’enseignant doit justifier d’une expérience professionnelle en prothésie d’au moins cinq ans. La durée de la formation doit être au minimum de 105 heures.

J’ai suivi une formation avant 2011 et je veux maintenant commencer mon activité, suis-je obligé de suivre de nouveau ces formations ?


Non, avant la création de l’UPCOM, les Marques et Prestataires de Formation adhérents assuraient déjà des formations qui vous donnaient les bases nécessaires à l’exercice de ces métiers.
En cas de doute, vous pouvez demander confirmation auprès du centre qui vous a formé (e).

Nous vous recommandons toutefois de suivre une remise à niveau annuelle, pour tenir compte de l’évolution rapide des techniques.

Quelles activités peut réaliser une prothésiste ou styliste ongulaire ?


Le ou la prothésiste ou styliste ongulaire :

  • Accueille, conseille le (la) client(e),
  • Respecte les conditions d’hygiène et la sécurité des personnes et des biens
  • Analyse l’état de l’ongle pour détecter les contre-indications éventuelles et déterminer la prestation la plus appropriée.
  • Réalise l’embellissement et l’extension des ongles des mains et des pieds,
  • Vend des produits cosmétiques homologués, des prestations de services,
  • Assure la gestion des rendez-vous, du stock, des encaissements et du suivi de clientèle.

La prothésiste ongulaire, non titulaire d’un diplôme d’esthétique ne peut intervenir sur la peau ; il lui est donc interdit de procéder à des manucures ou des mises en beauté des pieds.

Ces techniques ne doivent pas être confondues avec les traitements préventifs et curatifs des mains et des pieds pratiqués par les professionnels de santé ni avec les soins esthétiques dits de manucure et de beauté des pieds pratiqués par les esthéticiennes.

Si elle est titulaire d’un diplôme d’esthétique, elle peut en sus pratiquer des manucures et de la mise en beauté des pieds, puisqu’elle est habilitée à exercer tous les actes de soins de beauté conformément aux référentiels des diplômes d’esthétique de l’Education Nationale.

L’embellissement des mains et des pieds fait appel à des techniques de bien-être et de confort sans finalité médicale.

 

telechargerTéléchargez l’ensemble de l’article en PDF 


Novembre 2013
Document élaboré par :
Régine FERRERE
Présidente de la CNEP
et
François Forget
Secrétaire Général de la CNEP


 

 

4 commentaires

  1. Bonjour esthéticienne depuis 1982 j’ai toujours tenu des instituts de beauté. Et frôle des apprenties je connais la prothèsie ongulaire depuis 1985 car je l’ai toujours aimé et pratiquée aujourd’hui j’ai 57 ans la cabine est devenu trop dure car j’ai été opérée plusieurs fois dos cervicale épaule je suis usée depuis 2008 j’ai ouvert mon centre de formation ongulaire agrée cependant je veux faire cette activité au mieux que pouvez vous m’apporter dans ce domaine auprès de mes élèves
    Cordialement lskongles@gmail.com

  2. faut il vraiment un cap esthetique pour excercé la profession de prothésiste ongulaire car la chambre des métiers nous stipule qu’il y a une loi depuis janvier 2014

  3. Bonjour!!!

    Je suis aide soignante de métier,je pratique les poses d’ongles depuis 2011, j’ai suivi des formations de perfectionnement en 2011,2013 et 2014..et maintenant j’aimerais me lancer en AE mais la CMA de mon département me dit que je dois avoir un CAP esthétique mais, après renseignements auprès d’autres CMA je peux faire mon dossier AE et, eux seront « obligés » de prévenir la répression de fraudes pour se couvrir car je n’ai pas de diplôme.Je ne sais plus quoi faire je m’inscris ou pas ..mais pas trop envie de payer une amende de 7500e. Merci pour vos conseils . Cordialement

  4. Bonjour,
    Étant salariée à temps complet, et voulant être prothésiste ongulaire à mon compte en plus de mon activité salariale,on me refuse mon projet car apparemment il faut avoir le CAP esthétique pour pouvoir exercer (informations de la chambre des métiers des Pyrénées Atlantique) je voulais savoir si c’était vraiment le cas? Ou si une simple formation suffit?
    Cordialement

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Mentions légales